BOHÈME


BOHÈME
BOHÈME

BOHÈME

La notion de bohème fait partie de la petite histoire du romantisme; le terme, qui apparaît pour la première fois dans cette acception sous la plume de George Sand (La Dernière Aldini ), s’applique, par analogie avec la vie errante et vagabonde des Bohémiens, au mode de vie que menèrent la plupart des jeunes artistes et poètes parisiens de cette période, ou aux individus eux-mêmes. Ils se regroupaient volontiers pour conjurer l’isolement auquel les condamnait une société d’autant plus réfractaire aux beautés de leur art qu’ils furent révolutionnaires — entendez romantiques — avec fureur.

Ces jeunes hommes ne séparèrent jamais leur art de leur vie. De même qu’ils rejetèrent avec éclat les formes vieillies et convenues du classicisme, de même les bohèmes affichèrent un anticonformisme agressif, se manifestant par des extravagances vestimentaires et un goût marqué pour les objets exotiques, les beuveries et les tapages nocturnes. Épicuriens à leur manière, ils supportaient fièrement la pauvreté et avaient en contrepartie le sens de la mort et le goût du macabre. Leur républicanisme (qui leur valut un temps le surnom de bousingots) se manifesta plus par des déclarations propres à terrifier le bourgeois que par des actes politiques.

Les plus célèbres de leurs groupes demeurent le Petit Cénacle et l’Impasse du Doyenné. Le Petit Cénacle fut ainsi appelé pour les besoins de la critique. Ce nom, loin d’être officiel en effet, n’était qu’une espièglerie manifestant l’admiration que ces Jeunes-France turbulents portaient au Cénacle de Victor Hugo. Le groupe tint ses assises de 1829 à 1833. Il se composait de très jeunes étudiants inconnus et fort pauvres, et ne fut célèbre qu’a posteriori, avec la notoriété de Gérard de Nerval, Théophile Gautier, Auguste Maquet, Pétrus Borel. L’Impasse du Doyenné, du nom de la rue, aujourd’hui remplacée par un pavillon du Louvre, où le peintre Camille Rogier avait loué un vaste appartement, brilla d’un éclat plus vif (Nerval l’évoque avec nostalgie dans La Bohème galante ); la plupart de ceux qui y fréquentaient étaient des artistes déjà consacrés par le succès, plus riches et socialement «assis». Outre presque tous les anciens du Petit Cénacle, on y vit Arsène Houssaye, Édouard Ourliac, Roger de Beauvoir, Alphonse Karr, Esquiros, Corot, Célestin Nanteuil... et aussi dandys, femmes du monde, le Tout-Paris des arts, des coulisses et du journalisme qui s’y pressaient à des soirées quelque peu scandaleuses.

De nombreux groupes pullulèrent ensuite, immortalisés par le tableau qu’en brossa Murger dans ses Scènes de la vie de bohème (1848). Ne retenant de leurs illustres aînés que l’anarchisme du mode de vie, ils traînèrent la plupart du temps une existence misérable, et l’on ne sait trop de ces artistes ratés s’ils sacrifièrent tout à leur paresse ou à leur soif d’idéal.

bohème [ bɔɛm ] n.
• 1694; « habitant de la Bohême, bohémien » 1372; du n. pr. Bohême
1Vieilli Personne (généralt artiste) qui vit sans règles, en marge de la société. marginal. Mener une vie de bohème. Vivre en bohème. « Je suis un fainéant, bohème journaliste » (Nerval). Adj. Avoir un caractère bohème. artiste, fantaisiste.
La bohème : l'ensemble des bohèmes. La bohème de Montparnasse.
2 N. m. Verre fabriqué en Bohême depuis le XVIe s. Un vase en bohème.
⊗ CONTR. Bourgeois, pantouflard. (de l'adj.) Rangé, réglé.

bohème nom féminin (latin médiéval Bohemus, habitant de la Bohême) Ensemble des écrivains, artistes qui vivent au jour le jour en marge des règles sociales. Leur mode de vie. ● bohème (citations) nom féminin (latin médiéval Bohemus, habitant de la Bohême) Ludovic Halévy Paris 1834-Paris 1908 Académie française, 1884 et Henri Meilhac Paris 1831-Paris 1897 L'amour est enfant de Bohème. Carmen, opéra bouffe, musique de Bizet bohème nom Qui vit au jour le jour, en marge de la société. ● bohème adjectif Qui est propre aux bohèmes : Allure, existence bohème.bohème (difficultés) nom Sens 1. Un bohème, plus rarement une bohème = celui ou celle qui mène une vie au jour le jour, en marge du conformisme social. C'est un bohème, qui se soucie peu de faire carrière ; adjectivement : elle est un peu bohème. La bohème :le genre de vie mené par les bohèmes (à ne pas confondre avec la Bohême, région d'Europe centrale). 2. Un bohémien, une bohémienne (mot familier, souvent employé avec une intention péjorative et méprisante) : un Rom, un membre du peuple nomade dit aussi Gitan, Tsigane, que l'on croyait autrefois venu de Bohême. Remarque Rom est la dénomination commune que se sont choisie en 1971, à leur premier congrès fédérateur, les différents groupes composant ce peuple.

Bohême
(en tchèque Cechy) partie occid. de la Rép. tchèque, où se trouve la cap., Prague. Elle forme un quadrilatère bordé par des massifs hercyniens rajeunis. Au N.-O., le lignite des monts Métallifères est à l'origine d'une import. industr. diversifiée. Le plateau intérieur est drainé, au N.-E., par l'Elbe. à l'O., le bassin de Plzen est très industrialisé. Le climat est continental.
La Bohême, peuplée par les Slaves tchèques évangélisés au IXe s., forma un duché, électorat d'Empire en 1114, puis un royaume héréditaire (1198). La réforme religieuse de Jan Hus (XVe s.) entraîna une grave crise polit. Les Habsbourg d'Autriche, devenus rois de Bohême (1526), luttèrent contre le protestantisme et germanisèrent le pays, qui perdit toute autonomie (XVIe-XVIIe s.). Le traité de Saint-Germain-en-Laye (1919) engloba la Bohême dans le nouvel état tchécoslovaque.

⇒BOHÊME, BOHÈME, subst. et adj.
A.— Vx. Habitant de la Bohême; qui est de la Bohême, qui concerne ce pays ou ses habitants. Les Bohêmes démoniaques (A. FRANCE, Vie de Jeanne d'Arc, 1908, p. 124). Le Bohême intrépide (NERVAL, La Pandora, 1855, p. 734). Le dialecte, la nation bohême (cf. bohémien A).
Rem. ,,Pour éviter toute ambiguïté, on emploie plus souvent la circonlocution : Habitant, peuple, affaires de la Bohême`` (Ac. Compl. 1842).
Spéc., emploi subst. masc.
1. P. méton. Le bohême. La langue parlée en Bohême (cf. STENDHAL, Vies de Haydn, Mozart et Métastase, 1817, p. 162).
2. P. ell. Un bohême. Un verre, un cristal de Bohême :
1. Les cristaux de la table de toilette, les verres, les vases, la cuvette, étaient en vieux bohême veiné de rose et de blanc.
ZOLA, La Curée, 1872, p. 479.
B.— P. ext.
1. Rare. Membre de tribus errantes venues de l'Orient et qu'on donnait pour originaires de la Bohême (cf. bohémien B). C'était un bohême à barbe tressée, avec des anneaux d'argent aux deux bras et les prunelles flamboyantes (FLAUBERT, Trois contes, La Légende de st Julien l'Hospitalier, 1877, p. 82).
P. métaph. :
2. Il y a le cœur de Jésus, fuyons par cette porte adorable. Le boulanger, le boucher, le charbonnier, le propriétaire ne nous y suivront pas. Tout s'arrangera, les fantômes s'évanouiront. Depuis dix ans, nous ne vivons pas autrement, ma femme et moi. Ne sommes-nous pas les bohèmes du Saint-Esprit, les vagabonds du consolateur.
BLOY, Journal, 1899, p. 346.
Emploi adj. Qui appartient, qui est relatif à ces tribus. Esméralda, la danseuse bohème (BANVILLE, Odes funambulesques, 1859, p. 90) :
3. Un petit Américain de notre hôtel, (...), s'est laissé aller à nous dire qu'il avait vécu quinze jours en Amérique avec une bande de Bohémiens et de leur vie, (...), le tout par amour d'une Bohémienne. Mais dans la troupe, une femme étant morte et les rites bohêmes exigeant qu'elle fût enterrée dans le sable, il fallut aller, à dix jours de là, la porter jusqu'au Tennessee; et la morte, à la fin, pua tant que l'Américain fut obligé de lâcher l'amour, sa maîtresse et la bande.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1865, p. 173.
Loc. adv. À la bohême. ,,À la manière des bohêmes`` (Lar. 19e) :
4. Elle voulut me coiffer à la bohême, elle releva mes cheveux, que je portais fort longs, et les noua par derrière.
E. SUE (ds Lar. 19e, 1866).
2. P. anal.
a) [P. réf. aux activités exercées par les membres de ces tribus] Diseur de bonne aventure, saltimbanque :
5. Les murs déserts s'illuminaient la nuit à l'éclat des torches qui brûlaient au milieu des hanaps pleins de vin des îles, et parmi les jongleurs bohêmes; ...
FLAUBERT, Par les champs et par les grèves, 1848, p. 219.
b) Péj. Aventurier :
6. ... le sentiment particulier de Godinot Chevassut était (...) que l'on ne peut établir aucune qualité au-dessus de l'esprit et de l'adresse (...) et nulle part il ne trouvait ces qualités plus brillantes et mieux développées que chez la grande nation des tire-laine, matois, coupeurs de bourse et bohèmes...
NERVAL, Nouvelles et fantaisies, 1855, p. 185.
Foi de bohème. ,,Foi que les voleurs, les fripons, etc., se gardent entre eux`` (Ac. 1835, 1878).
C.— Au fig. [P. compar. avec la vie errante menée par ces tribus]
1. Subst. masc. Un bohème. Artiste, écrivain vivant au jour le jour, résolument affranchi des règles et usages établis; personne qui vit hors des cadres sociaux (cf. bohémien C) :
7. ... Bloch était mal à l'aise chez lui et sentait que son père le traitait de dévoyé parce qu'il vivait dans l'admiration de Leconte de Lisle, Heredia et autres « bohèmes ».
PROUST, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 748.
Loc. proverbiales. Mener une vie de bohème, vivre en (comme un) bohème. ,,N'avoir ni feu ni lieu, vivre dans le vagabondage`` (Ac. 1835, 1878); ,,mener une vie déréglée, dans l'insouciance et le mépris des usages établis`` (QUILLET 1965). Maison de bohème. ,,Maison où il n'y a ni ordre ni règle`` (Ac. 1835-1932); (cf. BOURGES, Le Crépuscule des dieux, 1884, p. 54).
Emploi adj. Allures bohèmes, existence bohème, façon(s) bohème(s) :
8. ... les négligences du costume entraînent toujours, même chez les hommes supérieurs, une négligence des sentiments qui complète le caractère bohème, toujours ambigu même dans la joie ou la tristesse marquées.
ALAIN, Système des beaux-arts, 1920, p. 66.
SYNT. Clan, phalanstère bohème (MURGER, Scènes de la vie de bohème, 1851, p. 45, 131); ménages bohèmes (ID., ibid., p. 173).
2. Emploi subst. fém. La bohème.
a) Ensemble des personnes, artistes, des intellectuels qui mènent une vie sans règles, hors des cadres sociaux. Basse, haute bohème; la bohème artistique et littéraire, la bohème étudiante. La Bohème galante, titre d'une œuvre de G. de Nerval :
9. Jean-Jacques ne fut du moins ni escroc, ni voleur, ni entremetteur, mais il prit assez aisément les mœurs de la bohème où il tombait et il lui arriva pire que de vivre en dépit de l'esprit qu'il avait : ...
GUÉHENNO, Jean-Jacques, En marge des « Confessions », 1948, p. 153.
10. Il ne faut pas, à force de se mettre en garde contre la bohême, s'abstenir de toute littérature actuelle et vivante.
SAINTE-BEUVE (ds Lar. 19e, 1866).
P. métaph. Pour désigner un groupe désordonné d'animaux errants Une bohème de papillons (cf. achillée ex. 4).
b) P. méton. Cette vie même. S'enfoncer de plus en plus dans la bohème (Lar. encyclop.).
Littér. Vagabondage :
11. ... enfin dans une soirée minutieuse, cet analyste s'abandonnant à la bohème de son esprit et de son cœur : ...
BARRÈS, Sous l'œil des Barbares, 1888, p. 55.
Rem. On relève dans la docum. le néol. bohémerie, subst. fém. (L. DAUDET, Bréviaire du journ., 1936, p. 91; suff. -erie). Genre de vie qui tient de la bohème.
Prononc. ET ORTH. :[]. PASSY 1914 et BARBEAU-RODHE 1930 attribuent à la voyelle de syll. finale une longueur. La graph. avec è est plus fréq. dans les dict. que la graph. avec ê. DG et Lar. encyclop. spécialisent ces graph. avec des sens distincts. La graph. avec ê se trouve dans Ac. Compl. 1842, Lar. 19e, LITTRÉ, DG et Lar. encyclop.
Étymol. ET HIST. — 1. 1372 « habitant de la Bohême » (CORBICHON, Propr. des choses, XV, 131, éd. de 1522 dans R. Hist. litt. Fr., t. 5, p. 295); 2 1re moitié XVe s. tzigane, membre de tribus vagabondes que l'on croyait originaires de Bohême (Vaillant dans CH. D'ORL., p. 337 Guichard, cité par DG : Pis suis que boesme n'yndien); 3. 1659 « homme qui mène une vie sans règle » (TALLEMANT DES REAUX, Historiettes, Paris, éd. Adam-Delassault, t. 2, 1961, p. 503 cité par R. Arveiller dans Mél. Gamillscheg, 1968, p. 28 : il vivoit un peu en Boheme).
Empr. au lat. médiév. Bohemus, issu du lat. Boihaemum (TACITE, Germ., 28 dans TLL s.v., 2063, 65), nom du pays des Boii, peuple celte (CÉSAR, Gall., 1, 5, 4, ibid., 12); v. Kl. Pauly, s.v. Boi et Boiohaemum.
STAT. — Bohême. Fréq. abs. littér. :85. Bohème. Fréq. abs. littér. :306. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 84, b) 1 293; XXe s. : a) 473, b) 251.
DÉR. 1. Bohémillon, subst. masc., rare. Petit bohémien. Les bohémillons criaient à tue-tête (A. ARNOUX, Le Rossignol napolitain, 1937, p. 137). Dernière transcr. dans GATTEL 1841 : boé-mi-glion. (LAND. 1834 écrit déjà : boé-mi-ion). 1re attest. ca 1655 (SCARRON, Roman Comique, II, 16, éd. Adam, coll. La Pléiade, Le Roman Fr. au XVIIe s., p. 759); dér. de bohème étymol. 2, suff. -illon (-ille, -on). 2. Bohémaillon, subst. masc., néol. Jeune bohème. ... l'étudiant et l'artiste en fleur, potache et rapin ou saute-ruisseau, ou bohémaillon (VERLAINE, Mes hôpitaux, 1891, p. 352). 1re attest. 1891 id.; dér. de bohème étymol. 3, suff. dimin. péj. -aillon.
BBG. — ARVEILLER (R.). Contribution à l'ét. du lex. frs In : [Mél. Gamillscheg (E.)]. München, 1968, p. 27. — ETHNONYMUS. La Bohême et les bohémiens. Vie Lang. 1957, pp. 486-490. — FEUGÈRE (F.). En marge de l'exposition Charles V. D. le vocab. de Duguesclin. Déf. Lang. fr. 1968, n° 45, p. 26. — KREUZER (H.). Zum Begriff der Bohème. Deutsche Vierteljahresschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte. 1964, t. 38 (Sonderheft), pp. 170-207. — LAJAUNIE (M.-A.). Préjugés et lang. Vie Lang. 1969, p. 9.

bohème [bɔɛm] n.
ÉTYM. 1372; lat. médiéval bohemus « habitant de la Bohême ».
———
I
1 Vx. Habitant de la Bohême : membre des groupes nomades qu'on supposait originaires de ce pays. Bohémien, gitan, tsigane.
1 Nous avons rencontré M. et Mme de Valavoire, avec un équipage qui ressemblait à une compagnie de bohèmes.
Mme de Sévigné, Lettres, 644, 29 août 1677.
1.1 (…) les théâtres forains s'en allèrent par morceaux; les danses et les chants cessèrent; les parades se turent (…) Agents et soldats, le fouet ou la baguette à la main, stimulaient les retardataires et ne se gênaient point d'abattre les tentes, avant même que les pauvres bohèmes les eussent quittées.
J. Verne, Michel Strogoff, p. 82.
Loc., vx. Vie de bohème : vie errante, nomade.
2 C'est une vie de bohème et non pas de gens qui gouvernent (…)
Fénelon, Mémoires sur la situation déplorable de la France en 1710.
2 Anciennt (dans le contexte de la vie des artistes au XIXe). Personne qui mène une vie vagabonde ou hostile aux règles bourgeoises, sans égard pour les conventions, l'argent et sans souci du lendemain. Bohémien (4., vx); → Cuvier, cit. || Vivre en bohème ( Bohémianisme). || Vie de bohème (→ La vie d'artiste). || C'est une maison de bohème. || Un bohème débraillé.
3 Je suis un fainéant, bohème journaliste,
Qui dîne d'un bon mot étalé sur son pain.
Nerval, « Madame et Souveraine ».
Le fém. une bohème est rare.
3 Adj. || Avoir un caractère, une allure, un genre bohème. Artiste, fantaisiste. || Habitudes, mœurs bohèmes.
4 Quand on n'a, de sa vie, été bohème, pourquoi faillir sur la fin à ce qu'on professe le mieux ?
Colette, l'Étoile Vesper, p. 172.
4 N. f. a Anciennt. || La bohème, ensemble des bohèmes. || La Bohème galante, de G. de Nerval. || La bohème littéraire et artiste de Paris. || Scènes de la vie de bohème, de Henri Murger (« la bohème, c'est le stage de la vie artistique. C'est la préface de l'Académie, de l'Hôtel Dieu ou de la Morgue »).Ma bohème, poème de Rimbaud.
b Milieu artiste, antibourgeois. || La bohème de Saint-Germain-des-Prés, de Montparnasse. || La bohème de Greenwich Village.
5 Le tranquille Montparnasse était loin de prévoir ce qu'une internationale bohème artiste ferait de lui plus tard.
Georges Lecomte, Ma traversée, I, p. 61.
———
II Du, le bohème (de verre de Bohême). Verre blanc fabriqué en Bohême, depuis le XVIe siècle.
CONTR. Sédentaire. — Bourgeois, pantouflard (fam.).(De l'adj.) Rangé, réglé, régulier.
DÉR. Bohémien.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Boheme — Bohême  Pour l’article homophone, voir bohème. Bohême Région historique …   Wikipédia en Français

  • bohème — ou bohémien, ienne (bo ê m ou boé miin, miè n ) s. m. et f. 1°   Nom de bandes vagabondes, sans domicile fixe, sans métier régulier, et se mêlant souvent de dire la bonne aventure : on leur donne aussi le nom d Égyptiens et de Zingaris (voy.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bohème — BOHÈME, ou BOHÉMIEN, BOHÉMIENNE. s. On les nomme aussi Egyptiens. Ces mots ne sont point mis ici pour signifier Les peuples de cette partie de l Allemagne qu on appelle Bohème; mais seulement pour désigner Une sorte de vagabonds qui courent le… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Bohème — Sf ungezwungenes Künstlermilieu per. Wortschatz fach. (19. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus gleichbedeutend frz. bohème, dieses aus ml. bohemus böhmisch, Böhme . Als Herkunftsbezeichnung ( die Leute aus Böhmen ) hat es bereits im Mittellateinischen… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Boheme — (Миконос,Греция) Категория отеля: Адрес: Mykonos City, Миконос, 84600, Греция …   Каталог отелей

  • Boheme — (Миконос,Греция) Категория отеля: Адрес: Mykonos City, Миконос, 84600, Греция …   Каталог отелей

  • Boheme — Boheme: Das Wort für »ungezwungenes Künstlerleben« wurde im 19. Jh. aus frz. bohème entlehnt, das seinerseits auf mlat. bohemus »Böhme« zurückgeht. Das mlat. Wort bezeichnete auch einen »Angehörigen der Volksgruppen der Sinti und Roma«, offenbar… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Boheme — (Леванто,Италия) Категория отеля: Адрес: 19015 Леванто, Италия Описание …   Каталог отелей

  • Bohème. — (c’est une maison vie de Bohème). См. Богема …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • Bohème — Bohème, La →La Bohème …   Dictionary of contemporary English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.